formats

La France condamnée par la Cour Européenne des Droits de l’Homme

Publié le 4 juillet 2014,

La Cour européenne des droits de l’Homme a condamné jeudi 26 juin la France pour son refus de reconnaître la filiation des enfants nés de mère porteuse à l’étranger, tout en se gardant de se prononcer sur le choix des autorités françaises d’interdire la gestation pour autrui (GPA).

enfants-nes-de-mere-porteuse-la-france-condamnee

(suite…)

formats

Du mariage pour tous à la famille pour tous?

Publié le 9 mai 2014,

Les conférences « Amphis pour tous » constituent une occasion privilégiée d’échanger avec les chercheurs de l’Université de Savoie et de vivre un moment unique de partage et de rêve. (suite…)

formats

PMA ou Insémination artisanale? Douloureux débat…

Publié le 17 décembre 2013,

La Procréation Médicalement Assistée (PMA) ou Aide Médicale à la Procréation (AMP) est un ensemble de pratiques cliniques et biologiques où la médecine intervient plus ou moins directement dans la procréation afin de permettre à des couples infertiles d’avoir un enfant.

L’insémination artisanale est une technique de procréation non médicalisée consistant à introduire, à l’aide d’une seringue, du sperme dans l’utérus sans qu’il n’y ait de rapport sexuel, dans le but final de procréer. Les personnes les plus concernées par cette pratique sont les couples homosexuel(le)s ou les femmes célibataires.

 

Réglementation concernant l’accès à la PMA

1. En France
La loi bioéthique de juillet 1994 réserve le droit de recourir à l’assistance médicale à la procréation aux couples hétérosexuels de moins de 43 ans, mariés ou fournissant la preuve d’une vie commune d’au moins deux ans. Dès lors ni les célibataires ni les couples homosexuels ne peuvent bénéficier de dons de gamètes.
Deux cas sont prévus dans la loi de bioéthique : une  » infertilité médicalement prouvée  » ou le risque de transmettre à l’enfant une maladie héréditaire grave. Par ailleurs, la loi de bioéthique française interdit le double don de gamètes, autrement dit, soit les ovules soit les spermatozoïdes doivent provenir du couple.
2. A l’étranger
Au Royaume-Uni, toute femme capable d’élever un enfant, sans limite d’âge, peut avoir recours à l’assistance médicale à la procréation.
En Belgique, les couples hétérosexuels, homosexuels et les femmes seules peuvent y avoir recours à condition d’avoir moins de 45 ans. Il est aussi autorisé de faire don de ces cellules sexuelles entre amis ou au sein de la famille.
En Espagne, toutes les femmes majeures, sans limite d’âge peuvent avoir recours à la PMA.

Aux États-Unis, les dons de gamètes ne sont ni anonymes ni gratuits : on peut sur catalogue, à condition d’y mettre le prix, choisir la donneuse d’ovocytes ou le donneur de sperme selon certain de ses caractères (taille, poids, couleur des yeux, religion…)

 

  • Voici une petite vidéo de Florence Mary, réalisatrice des carpes (qui remontent les fleuves avec courage et persévérance), excellent documentaire sur la PMA.


QU’EST CE QU’ON ATTEND… POUR SE MARIER ? par flormary

L’insémination artisanale : un phénomène en augmentation chez les couples de femmes homosexuelles. Cette technique « d’insémination doliprane » consiste à s’injecter le sperme d’un donneur notamment avec une pipette de Doliprane, un médicament pour enfant bien connu.

Le plus souvent le donneur est un ami proche. Il peut être aussi un inconnu contacté par internet. Le don se fait donc sans passer par un établissement assermenté mais en France c’est illégal et passible de deux ans de prison et 30 000 euros d’amende mais cela n’a pas freiné le couple de femmes que Laëtitia Saavedra a recontré.

 

L’interdiction d’accès à la PMA pour les couples de femmes en France relève de l’hypocrisie. En effet, cette technique étant accessible dans de nombreux pays européens (Belgique, Royaume-Uni, Espagne, Pays-Bas, Danemark…), les couples de femmes qui en ont les moyens et qui ont un employeur assez ouvert pour leur permettre de prendre des congés à la dernière minute pour aller procéder à l’insémination y ont déjà recours.
Par ailleurs, les frais engendrés par la stimulation ovarienne éventuelle, les prises de sang  et échographies nécessaires au suivi de cette stimulation ainsi que le suivi de la grossesse et l’accouchement sont déjà pris en charge par la sécurité sociale française. La
seule chose qui n’est pas prise en charge, c’est l’insémination en elle-même.
Cette hypocrisie va d’ailleurs se renforcer lorsque la loi sur l’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples de même sexe sera passée. En effet, comment peut-on envisager d’autoriser une femme à adopter l’enfant de sa conjointe en faisant comme si on ignorait la façon dont il a été engendré.
Enfin, l’interdiction de l’accès à la PMA aux couples de lesbiennes a aussi des répercutions sur le plan sanitaire, notamment sur l’exposition aux MST/IST/VIH. Il n’est pas rare de voir des femmes avoir des rapports avec des hommes de passage ou se tourner vers des donneurs rencontrés sur Internet par exemple, voire même commander du sperme par Internet, sperme qui n’est donc pas analysé au préalable.

formats

Manifestation pour le mariage pour tous à Lyon, 26 janvier

Publié le 26 janvier 2013,

80 associations appellent à manifester ce samedi 26 janvier  à Lyon pour soutenir le projet gouvernemental de loi pour le mariage et l’adoption par les couples homosexuels.

Contact Savoie était de ceux_là, aux cotés de Contact Rhône et Contact Haute-Savoie.

« Il est question de l’organisation de la vie de la cité, de la manière dont notre démocratie reconnaît et sécurise les milliers de familles homoparentales existantes et à venir. Les religieux n’ont en aucun cas à imposer leur pensée et leur vision de la société. Les libertés religieuses s’arrêtent à la porte de la sphère publique », explique d’une même voix David Souvestre, de la Lesbian and Gay Pride, Marion Athiel, du Planning Familial et Stéphanie Brunet du Collectif Lesbien Lyonnais.

21 000 manifestants selon les organisateurs.

Voici les premières photos :

P106054551043b02acb9b.JPG

(suite…)